Les Saintes Huiles – Le Temps des cerises, 2001 – Nouvelle tirée de Corps à corps (nouvelles érotiques).

Les Saintes Huiles - René BalletAu Baron Ernest-Antoine Seillière fils du Baron Jean Seillière de Laborde.

D’un mouvement d’épaules, Pierre-François écarta les deux gardes qui l’encadraient. Arrivé sur la plateforme, il se redressa et toisa la foule. La tempête de haine populacière ne le fit même pas sourire… Il leva les yeux. Non pas vers le ciel vide, mais vers le couperet, seul partenaire digne de lui. Sa respiration s’accéléra tandis qu’on l’installait sur la planche. Pour maîtriser un tremblement, il se plaqua contre sa dernière couche. Le tremblement s’amplifia. Il se plaqua plus fort. Et le miracle se produisit. Entre ses cuisses, s’écoulait un liquide épais et tiède qui n’était pas -pas encore-du sang.
Les saintes huiles, ricana Pierre-François. Il partit d’un grand éclat de rire tranché net.
Nouvelle tirée de Corps à corps (nouvelles érotiques) – Le Temps des Cerises, 2001


Cinq auteurs “débelzébutent” l’érotisme! René Ballet traverse l’histoire à pas de hussard, l’histoire ou plutôt une période de l’histoire où le monde changeait. La remise en cause du pouvoir établi, c’est aussi l’affirmation de disposer de son corps. Non seulement pour le plaisir, mais pour la vie tout court. Et là, la leçon est éminemment politique; mais non sans humour car elle démystifie à jamais les maîtres du moment qui ne sont bien que du moment car le pouvoir peut être “tranché net”.

Lucien Wasselin (Liberté-Hebdo)


“Corps à corps” (nouvelles érotiques) recouvre sous diverses signatures un genre très apprécié en France et dans l’Europe du sud, la Nouvelle….L’écriture (moderne) montre bien ce qui se réalise sous nos yeux de lecteur et, par conséquent, de voyeur. L’action dépasse le temps, n’est-ce pas là la recommandation de la parabase de la tragédie grecque, à laquelle l’auteur donne une définition juste. Monter et démonter, sans cesse, les tréteaux du théâtre de la vie, c’est refaire le jeu, dans toutes ses composantes.

P.P. (Liberté 62)

Sur Roger Vailland

Entretiens : Roger Vailland (René Ballet en collaboration avec Elisabeth Vailland) – Max Chaleil Subervie (1970)

  • Roger Vailland (René Ballet en collaboration avec Elisabeth Vailland) – Editions Seghers (1973)

Ce petit livre jouera un rôle important dans la connaissance réelle de Roger Vailland…L’étude de René Ballet retrace avec minutie ce qu’on pourrait appeler “l’évolution politique de Roger Vailland” si l’on ne s’avisait qu’à partir du moment où il a choisi son camp, il a moins “évolué” que donné des réponses à l’événement sur la base d’une fidélité globale qui ne s’est pas démentie…Vailland ne considérait nullement l’action comme un luxe d’aristocrate: au contraire, il vivait de plein-pied avec les travailleurs de sa région, faisant preuve constamment d’une modestie intellectuelle qui force le respect… Ces textes sont suivis par un abondant choix d’articles, car Vailland fut aussi un très grand journaliste…Ils témoignent d’une fidélité politique profonde…C’est ce que voulait montrer ce recueil : sans nul doute, il atteindra son but.

C.P. (La Nouvelle Critique)


…Ce petit livre d’Elisabeth Vailland et René Ballet est un ouvrage beaucoup plus important que la grosse thèse de Roger Picard parue chez Hachette ou l’étude psychanalytique de Jean Récanati…On reprochera peut-être à la troisième partie, l’étude de la vie et de l’œuvre de Roger Vailland par René Ballet d’être trop brève. C’est en tous cas un remarquable essai qui conjugue fort bien la biographie et l’analyse en profondeur. René Ballet a connu Vailland, mais son texte n’est pas seulement celui d’un témoin et d’un ami ; c’est le texte auquel il faut se reporter si l’on veut connaître l’essentiel sur Vailland…

Gilles Costaz (Combat)


…Ce livre qu’Elisabeth Vailland et René Ballet consacrent à l’écrivain est indispensable pour tous ceux qui aiment Roger Vailland, dont le nom est entouré d’une légende souvent fausse. Libertin, cynique, désinvolte, désabusé, homme au regard froid ? Frivole peut-être, mais militant communiste aussi…

F.T. (Tribune de Genève)


…Le présent livre d’Elisabeth Vailland et de René ballet précise la complexité singulière et généreuse, lucide et emportée de Roger Vailland, c’est-à-dire d’un homme qui fut exemplairement de notre temps et, à ce titre, entièrement promis à l’avenir…

Hubert Juin (Le Monde des livres)


  • Les mauvais coups de Roger Vailland – Préface de René Ballet – Editions Rombaldi (1971)

  • Le colonel Forster plaidera coupable de Roger Vailland – Préface de René Ballet – Editions Grasset (1973)

  • Présentation de l’oeuvre romanesque, de Roger Vailland – Livre Club Diderot (1974)

  • Présentation du Saint Empire, de Roger Vailland – Editions La Différence (1978)

  • Présentation des écrits de presse de Roger Vailland :

  • Tome 1 : Chronique des années folles à la Libération (1928-1945)

  • Tome 2 : Chronique d’Hiroshima à Goldfinger (1945-1965)

  • « La Visirova : Des Folies Bergères jusqu’au trône », de Roger Vailland – Editions Messidor (1986)

  • « L’épopée du Martin Siemens », de Roger Vailland (C.C.A.S. 1990)

  • Marat Marat, essai de Roger Vailland, par René Ballet en collaboration avec Christian Petr – Le Temps des Cerises (1995)

  • « N’aimer que ce qui n’a pas de prix », René Ballet en collaboration avec Christian Petr – Editions du Rocher (1995)

  • « Le conservateur des hypothèques », René Ballet en collaboration avec Christian Petr – Le Temps des Cerises – 1996

  • « Comment travaille Pierre Soulages », de Roger Vailland, par René Ballet – Le Temps des Cerises (1998)

  • « Le Soleil fou » (Nouvelle de Roger Vailland) présentée par René Ballet et Christian Petr – Le Temps des Cerises (1998)

  • « Eloge de la politique » de Roger Vailland, présentée par René Ballet et Christian Petr – Cahiers Roger Vailland – Le Temps de Cerises (1999)

  • « Le cinéma et l’envers du cinéma », de Roger Vailland, présenté par René Ballet et Christian Petr (en collaboration) – Cahiers Roger Vailland – Le Temps des Cerises (1999)

  • « Aphorismes », de Roger Vailland, présenté en collaboration par René Ballet et Christian Petr dans « Les Cahiers Roger Vailland » – Le Temps des Cerises (2000)

  • « De l’amateur », de ROger Vailland, présenté en collaboration par René Ballet et Christian Petr « Essai art et littérature » – Le Temps des Cerises (2001)

  • « Le roman social, une figure iconoclaste » de René Ballet sur Roger Vailland – Editions de l’Atelier (2002)

  • « Roger Vailland et l’Art », « une relation singulière » – Texte de René Ballet pour une exposition du Musée de Chintreuil (2005)

Sur Roger Vailland

Préfaces

Préfaces :
  • Feuilles, André Boissin, Eymond éditeur, 1961.
  • Les mauvais coups, Roger Vailland, Editions Rombaldi, 1971.
  • Le colonel Foster plaidera coupable, Roger Vailland Editions Grasset, 1973.
  • Le piano nocturne, André Boissin Editions Saint-Germain-des-Prés, 1977.
  • Chronique des années folles à la Libération : 1928-1945,
    • écrits journalistiques de Roger Vailland Messidor Editions sociales, 1984,
    • édition dirigée par René Ballet et préfacée par Roland Leroy et René Ballet.
  • Chronique d’Hiroshima à Goldfinger : 1945-1965,
    • écrits journalistiques de Roger Vailland Messidor Editions sociales, 1984,
    • édition dirigée et préfacée par René Ballet.
  • La Visirova ou Des Folies Bergères jusqu’au trône, Roger Vailland Editions Messidor, 1986.
  • L’épopée du Martin-Siemens, Roger Vailland, CCAS, 1990.
  • Un homme seul, Francis Pornon, Editions Paroles d’aube, 1995.
  • Marat-Marat, essai de Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr) Le Temps des Cerises, 1995.
  • N’aimer que ce qui n’a pas de prix, Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Monaco, Editions du Rocher, 1995.
  • Le conservateur des hypothèques, Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Cahiers Roger Vailland/Le Temps des Cerises, 1996.
  • Rêve indien, Christian Petr, Editions Kailash, 1996.
  • Les désoccupés, Pierre Philibert, Le Temps des Cerises, 1998.
  • Comment travaille Pierre Soulages, Roger Vailland,
    • Cahiers Roger Vailland, Le Temps des Cerises, 1998.
  • Le soleil fou, nouvelles de Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Cahiers Roger Vailland/Le Temps des Cerises, 1998.
  • Eloge de la politique, Roger Vailland, (en collaboration avec Christian Petr),
    • Cahiers Roger Vailland/Le Temps des Cerises, 1999.
  • Le cinéma et l’envers du cinéma, Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Cahiers Roger Vailland/Le Temps des Cerises, 1999.
  • Aphorismes, Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Cahiers Roger Vailland/Le Temps des Cerises, 2000.
  • De l’amateur ,Roger Vailland (en collaboration avec Christian Petr)
    • Essai Arts et Littérature/Le Temps des Cerises, 2001.
  • Communisme, quel avenir ?, en collaboration avec Francis Combes,
    • Editions Le Temps des Cerises/La Revue commune, 2002.
  • Le roman social, une figure iconoclaste : Roger Vailland Editions de l’Atelier, 2002.
  • Aragon : portrait en pied, en cape et en échos, Editions Faites entrer l’infini, 2002.
  • Roger Vailland et l’art, une relation singulière, Exposition Musée Chintreuil, 2005.
Articles :
Dans différentes revues et publications. Notamment:
Les Allobroges, Cahiers Roger Vailland, Chorus, Constellation, Digraphe, Documents pour la classe, EDMA (Encyclopédie du Monde Actuel), Europe, Europe-Auto, Faites entrer l’infini, La Pensée, Le Manifeste, Les Lettres Françaises, L’Humanité, L’Humanité-Dimanche, La République, La Revue Commune, Roman 20-50.